mercredi 17 décembre 2014

BOYS OUT ! - Rawia Arroum


BOYS OUT ! - Rawia Arroum cover couverture
BOUM ! Ainsi vient de faire Boys Out ! dans mon paysage dystopique ! Enfin une dystopie hommes versus femmes. Ça faisait longtemps que j’en attendais une du genre. On s’en rapprochait bien avec Le Prince d’Été d’Alaya Dawn Johnson que j’avais adoré. Cependant, j’imaginais plus ça façon Enclave d’Ann Aguirre: au niveau de l’avancée technologique, au niveau de l’attitude "guerrière" de l’héroïne.
BOYS OUT ! - Rawia Arroum blackmoon back cover 4ème de couv couverture

Ici Lyra est une toute jeune femme (puisqu'elle s'apprête à fêter son 18ème anniversaire au début du livre) qui s’entraîne dur pour capturer ce qui reste des derniers mâles en fuite. Pourtant l’histoire est plus centrée sur les changements et les intrigues qui bouleversent sa vie, du coup on a moins idée de sa force et de ses capacités de "traqueuse". Je m’attendais à des espèces d’amazones braconnant les dernier rescapés de la gente masculine avec des couteaux, des flèches (un truc bien badass façon Trèfle quoi lol) et au lieu de ça, on a des espèces de Totally Spies qui chassent en talons aiguilles et seringues. Ce qui n’en reste pas moins cruel mais plus vicieux...

Ce que j’ai énormément apprécié c’est cette angoisse de la rencontre pour la procréation forcée (suprêmement malsain j’en conviens). La peur et le rejet de l’autre complètement déroutant et fascinant à la fois.

J’imaginais Loan un peu plus épais, plus viril. Un mâle avec des capacités physiques aptes à lutter pour sa survie mais en fait, il se laisse attraper comme un petit poussin sans défense.
De même, je m’attendais à plus de combats et d’action. Or, ici on est plus dans l’aspect "résistance à la française" des rebelles: attente et sabotages. Il y a très peu de confrontations et on ronge un peu son frein jusqu’à la fin. Heureusement la relation entre Lyra et Loan est fascinante et pleines de surprises.

La fin m’a laissée pensive et j’aimerais vraiment interviewer l’auteure pour savoir s’il s’agit définitivement d’un one shot ou pas (vu qu’il s’agissait d’un tremplin). Je pense qu'une suite est possible (descendants des héros ou personnages secondaires) un peu à la Entre Chiens Et Loups de Malorie Blackman (une saga bouleversante qui m’avait beaucoup remuée).

Autre aspect assez sympa: l’histoire se passe en France mais tout à été renommé après le Grand Soulèvement, tout à changé et du coup, l’intrigue pourrait très bien être localisée n’importe où. C’est vraiment un roman international, je suis impressionnée.

Et enfin dernière surprise: les références à des romans YA: Delirium de Lauren Oliver et Ce Qu’ils N’ont Pas Pu Nous Prendre de Ruta Sepetys. ENFIN de vraies références que nous autres pauvres mortels pouvons comprendre et situer. Oui parce que Shakespeare, Emily Brontë et Irving...c’est bien beau mais à part 2 ou 3 exceptions par-ci, par-là, les cercles de lecteurs ne sont pas franchement les mêmes.

Une excellente découverte donc, que j’entends bien garder à l’oeil !

Note: 5/5 <3 !
Pages: 310
Editions: Blackmoon

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire